Evelyne Biausser

Artiste Photographe

dav

Qui est Evelyne Biausser ?

A l’origine, un concept philosophique…

Mes photos sont l'expression d’une philosophie, celle de la pensée complexe –énoncée par Edgar Morin-  sur laquelle je me suis exprimée auparavant par l’écriture.

La complexité c’est l’avènement d’un monde d’interactions, souvent incompréhensibles a priori. D’un monde non plus linéaire mais enchevêtré, tel que le montre l’œuvre du plasticien fractaliste Jean-Claude Meynard.

Dans mes photos, aux titres empruntés à la mécanique quantique, j’essaie de montrer ces liens invisibles, multiples et aléatoires qui fondent le sens de notre société-monde aujourd’hui.

Qui entraine une  philosophie de la photo …

Derrière -ou devant- les photos apparemment simples de cette philosophie, il y a une philosophie de la photo :

  • ne pas se laisser enfermer dans une appartenance trop étroite, un « genre », qui dirait le contraire de la vision systémique et globale à travers laquelle je perçois et essaie de faire percevoir  le sens du monde.
  • Concevoir l’esthétique comme indissociable du sens
  • Utiliser le numérique sans les excès de ses possibilités techniques, le monde m’apparaissant suffisamment complexe dans sa réalité pour ne pas avoir besoin de le modifier

 

 

Le regard des autres…

20171016_170915

Ils ont dit...

Visiteur

« Belle manière de voir l’invisible »

 

20171016_170915

Ils ont dit...

Visiteur

« Complexité entre la vue et le regard, le réel et le rêve, écrans et filtres, à l’infini. Voir et revoir »

 

 

20171016_170915

Ils ont dit...

Visiteur

« Art, philosophie, pensée, c’est un très beau moment de rêve et de pensée »

 

20171016_170915

Ils ont dit...

Visiteur

« Un travail qui pousse à la méditation »

 

20171016_170915

Ils ont dit...

Visiteur

« Entre plusieurs énergies »…

 

20171016_170915

Ils ont dit...

Visiteur

« Beaucoup de sérénité »

 

20171016_170915

Ils ont dit...

Visiteur

« Doux voyage très poétique »

 

20171016_170915

Ils ont dit...

Visiteur

« La réflexivité d’un autre monde »